• Avis Global : Paradise Kiss

     

    PARADISE KISS

    2011│Japon│114 min.
     


     

    Yukari Hayasaka est une lycéenne qui prépare les concours d'entrée qui lui permettront d'entrer dans une université de renom. Elle n'est pas vraiment intelligente mais essaye tant bien que mal d'avoir de bonnes notes pour satisfaire sa mère qui suit ses études de très près et avec beaucoup de sévérité. Son père, lui, n'est jamais à la maison à cause de son travail.

    Et puis, un jour, elle rencontre dans la rue des gens un peu hors du commun, et avec des percings partout et qui la regardent comme une sorte d'Élue. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance d'Isabella et de Nagase Arashi. Après s'être évanouie dans la rue, ils emmènent Yukari malgré elle dans leur Quartier général : l'atelier de couture Paradise Kiss. C'est alors qu'on lui explique que l'équipe de Paradise Kiss doit réaliser une robe pour le concours de mode de leur école d'art, et, selon eux, Yukari a tous les atouts d'un mannequin. C'est LA personne qui est faite pour porter leur œuvre. Mais le fait est que Yukari est partagée entre devenir mannequin, idée qui, au départ, ne lui plaisait pas vraiment, et le fait de répondre aux attentes de sa mère en ce qui concerne l'université.

      


      

              Kitagawa Keiko • Yukari Hayasakaa              → Matatki • Buzzer Beat • Dear Friends • Sailor Moon • Roomnate                       Mukai Osamu • George Koizumi                      → SPEC: Close S: Saigo no Keikan I • S: Saigo no Keikan II                                    Yamamoto Yusuke • Hiroyuki Tokumuri       → Host Club (F) • Host Club (D) • Hana Kimi • GTO • Yamada-kun                       Igarashi Shunji • Isabella                                  → Hana Kimi • Answer                                                                                                       Oosawa Aya • Miwako Sakurada                      → Vampire Heaven • Kaito Royale                                                                                   Kaku Kento • Arashi Nagase                       a    → The Secret Message • Q10 • N no tame ni • Clover

      


      

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes. 

    Paradise Kiss est un film que j'ai dû voir une bonne dizaine de fois - ce qui est plutôt rare pour un film asiatiquecharmée par l'histoire, les personnages mais surtout l'ambiance générale retrouvée tout au long.

     

    Cette adaptation du célèbre manga portant le même nom m'aura clairement surprise parce que bien qu'il y ait la formule « adapté du manga d'Ai Yazawa », l'orientation de l'histoire et des personnages est très différente. On y retrouve les bases de l'histoire et un quelque chose de plus qui fait que l'on ne se retrouve pas face à une pâle copie. C'est principalement ce que j'ai aimé. Pourquoi faudrait-il toujours tout respecter après tout ?

     

    En vous écrivant mon avis sur le film, je ne vous donnerai que cela et rien d'autre. Aucune comparaison. Selon moi, chaque adaptation a sa part d'indépendance. Elle n'a pas a être conforme, les acteurs ne doivent pas forcément être similaires aux personnages connus sur le papier. On y découvre donc une Yukari peu sûre d'elle, contrôlée par les dires de sa mère ; une Yukari banale qui ne rêve pas de briller, juste de ne pas décevoir. J'ai aimé son caractère et ses mimiques. Keiko a vraiment réussi à la rendre réelle à mes yeux. Il y a tellement de différences entre elle et l'équipe de Paradise Kiss qu'on doit suivre son adaptation et son évolution au sein du groupe. Avec Paradise Kiss, on se retrouve un peu dans un monde haut en couleur et original, comme nous le montre les personnages tels que Isabella, qui a d'ailleurs été interprété à la perfection par un homme vraiment douéMiwako qui garde cet air enfantin et créatif ainsi qu'Arashi qui n'a malheureusement vraiment rien eu d'exceptionnel à mes yeux. George interprété par Mukai Osamu était un personnage plutôt pas mal et original (j'ai du dire ce mot dix fois depuis de le début). Bien qu'on s'attende à un George haut en couleur et excentrique on trouve un George plutôt spécial qui est tout à fait crédible, pas de surplus, un personnage comme il faut. Les personnages secondaires n'ont pas été assez présents mais il faut des limites, que le réalisateur a su poser. Le film ne possèdent pas de longueur notable et inclure bien plus les personnages secondaires dans le scénario aurait été de trop. La romance, un triangle amoureux qui n'en ai d'ailleurs pas un, était certes peu présente mais ça nous convient amplement car ces scènes sont vraiment bien réussite.

     

    J'ai totalement adoré la fin, je n'aurais jamais pu espérer mieux. Une belle conclusion pas trop précipitée. On aime savoir que ce n'est pas la fin et que tout peut décidément arriver.

     

     

     


    votre commentaire
  • Avis Global : Close Range Love

     

    CLOSE RANGE LOVE

    2014│Japon│118 min.

     


     

    Kururugi Yuni est une excellente élève sauf dans une seule matière : l'anglais. Sakurai Haruka enseigne l'anglais et est le professeur le plus populaire du lycée.

    Suite aux incessantes plaintes de Kururugi sur sa manière d'enseigner, le professeur Sakurai décide de lui donner des cours particuliers. Kururugi ne supporte pas le manque de sérieux dont il fait preuve et pourtant, habituellement froide avec les autres, elle va peu à peu se rapprocher de lui...

     


     

              Yamashita Tomohisa • Sakurai Haruka        '''           Buzzer Beat • Kinkyori Renai Season Zero • 5 → 9                                     Komatsu Nana • Kururugi Yuni                            '''''    → Drowning Love • Kurosaki-kun • Tomorrow I Will Date ...                       Mizukawa Asami • Takizawa Mirei                       'a     → Last Friend • Higanjima • Shisuren Chocolatier                                         Kotaki Nozomu • Matoba Ryu                                 a     →  //

     


     

     Les spoilers sont entre crochés (surlignez-les pour les lire), lisez donc sans craintes. 

    Suite à la très grande déception que m'avait fait ressentir Orange, je ne m'étais pas du tout senti d'attaque pour regarder un autre film japonais alors que tant m’intéressaient. En effet, ces films ont toujours eu le don de m'intriguer puisque, bien au-delà des Coréens, ils réussissent à dégager un certain calme mais surtout une grande fraîcheur. Les adaptations de mangas possèdent toujours cette histoire qui nous attirera sans argument valable : les mangas nous plaisent, pourquoi pas leur adaptation ? Et c'est cette question rhétorique qui me pousse chaque fois dans mes retranchements. Pourquoi ne puis-je jamais ressentir tout ce que j'ai pu ressentir en lisant le manga ?

     

    Close Range Love n'est pas une déceptionClose Range Love n'est pas non plus une réussite. J'ai tout simplement eu cette impression d'inachevé. Je suppose que ce film pourra plaire à beaucoup mais j'avais sans cesse cette sensation de vide à l'intérieur de moi.

     

    J'admets être assez friande des histoires type amour interdit, curieuse des divers scénarios pouvant tourner autour du sujet. Ici, on est face à une adolescente détestant l'anglais et travaillant pourtant tellement. Bien entendu, le rapprochement se faisant avec son professeur d'anglais suite à ses difficultés avec la langue va vite la faire éprouver des sentiments qui évidemment deviendront réciproques.

     

    Si on se base sur les deux personnages principaux, on ne peut pas vraiment dire que c'était mauvais. Yuni est Yuni et a donc ses particularités d'esprit. Son personnage reste assez intéréssant. On comprend bien vite que sous son épaisse carapace se trouve quelqu'un de bien sympatique mais son personnage reste peu approfondit et son visage souvent sans expression auraient pu clairement m'achever. Seulement, c'est bel et bien l'interprétation de Nana qui m'aura déplu. Elle est faite pour le monde du mannequinat et réussit à dégager quelque chose de pur mais il lui aurait fallu de l'entraînement ou encore un personnage qui lui corresponde plus, car rien n'est plus envoûtant que son sourire [ et c'est d'ailleurs l'unique sourire que Yuni nous offre lors des cinq dernières minutes qui me permettent de dire que la fin offerte par Close Range Love est celle que j'avais espérée ].  Du côté de monsieur le professeur, j'ai vraiment bien aimé. D'une part car son personnage est plaisant et qu'en plus l'interprétation fut vraiment réussite mais d'une autre part car c'est bien lui qui réussissait à embellir le personnage de Yuni. Il prend soin d'elle et son envie de comprendre son élève le fait tomber aveuglément. J'aurais tout de même aimé retrouver un peu plus d'espièglerie et l'air détendu qu'il occupait tout le long du manga. Il ne m'a donc pas fallu longtemps pour comprendre que ce fut la façon que les scénaristes ont développé l'histoire qui m'avait laissée de marbre : ça partait bien, c'était calme et intéressant mais, ça a fini par être ennuyant puisque similaire.

     

    A vrai dire, si je devais transformer ce drama en une courbe ( j'ai pas non plus cherché très loin aha ), elle stagnerait sans cesse jusqu'à la dernière scène, qui fera de la fin de cette courbe un pic allant vers le haut mais finalement coupé dans sa lancée car toute histoire possède sa fin. Cette dernière était comme je l'espérais et conclut très bien cette histoire d'amour un peu trop fantasmée.

     

     

     


    votre commentaire
  • Avis Global : Orange

     

    ORANGE 

    2015│Japon│139 min.


     

    « A partir de maintenant, je veux d'avantage de souvenirs. »

     

    Un jour de printemps, Naho, lycéenne de première, reçoit une lettre qu'elle s'est envoyée depuis le futur. Y sont décrits les événements de la vie de Naho, ses regrets futurs et des conseils pour que la jeune Naho évite ces regrets à son double de dix ans dans le futur.

    Évidemment Naho a d'abord du mal à croire en cette lettre mais l'arrivée dans sa classe, telle que prévue dans la missive, de Kakeru, un nouvel élève en provenance de Tokyo, va finir par la convaincre. Naho va donc devoir forcer le destin pour aider Kakeru.

     


     

                   Tsuchiya Tao • Takamiya Nao                → Limit • The Werewolf Game : The Beast Side • Arcana                                                      Yamazaki Kento • Naruse Kakeru          → Another • L-DK • No Longer Heroine • Death Note • Sukina Hito                                Ryusei Ryo • Suwa Hiroto           a          → Ouran High School (drama) • Ouran High School (film)                                                  Yamazaki Hirona • Chino Takako          → Prison School • As the God Will                                                                                              Sakurada Dori • Higita Saku                   → King's Game • The Werewolf Game : The Beast Side                                                        Shimizu Kuromi • Murasaka Asuza       → Jinx!!

     


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.  

    J'étais complètement emballée à l'idée de pouvoir enfin visionner ce film, j'avais une idée précise de face à quoi j'allais me retrouver : 139 minutes de pur bonheur parce qu'avant d'être un film, Orange est un manga extraordinaire réussissant à dégager quelque chose de vraiment différent malgré le genre shojo. C'est pour cela que selon moi alors que les films adaptés de shojo ordinaires étaient satisfaisants à regarder bien que sans plus, Orange réussirait sûrement à sortir quelque chose de plus profond et touchant.

     

    Pour être franche, je suis loin d'être le genre de personne à ressentir énormément de déception lorsqu'un film ou un drama n'est pas le bijou auquel on nous préparait mais absolument pas. Je me contente de ce que l'on me livre et souvent ça ne me dérange pas, seulement, du côté de ce film qui m'aura laissé un goût amer, je suis un peu en colère. Alors que beaucoup d'éléments étaient présents pour plaire, je retiens le fait me suis trouvée ennuyée par les deux personnages principaux. Naho et Kakeru se sont révélés selon moi être des personnages peu intéressants et parfois trop fades. Leur histoire personnelle est vraiment bien trouvée puisque l'on se retrouve face à deux adolescents qui sont confrontés à de grandes décisions quant à l'avenir : Naho doit forcer le destin afin de pouvoir garder Kakeru auprès d'elle et auprès de ses amis. Même si le tout reste vraiment émouvant suite à la lecture des divers lettres par Naho venant de son futur et des événements qui vont en suivre, j'ai trouvé que l’interprétation des acteurs n'était pas à la hauteur. J'avais envie d'être secouée par tous les sentiments possibles, passant du déchirement à la joie, mais rien n'a fait effet. J'ai trouvé le jeu de Tsuchiya Tao vraiment ennuyant et peu convainquant. Quant à Yamazaki Kento, on est loin d'être dans son meilleur rôle.

     

    Ce film manquait clairement d'émotions et ce manque se trouve également dû au manque d'approfondissement des personnages secondaires qui possédaient tous un réel potentiel et qui aurait pu à eux seuls remonter le niveau d'Orange. Heureusement, les dernières minutes se sont révélés vraiment bonnes : les événements se succédaient au bon rythme et mon cœur avait de quoi battre à cent à l'heure. J'oubliais l'espace de quelques temps toutes ces relations que j'aurais aimé voir plus abouties et concrètes.

     

    Bien que ce film reste émouvant grâce à un scénario de base accrocheur et bien écrit, les manque d'émotion, les personnages mais également l'absence de relations entre ces derniers auront fait selon moi d'Orange un échec.

     

     

     


     

    - FAN MV -

    VIDÉO CONTENANT DES SCÈNES DU DRAMA (RISQUE DE SPOIL) → cliquez sur l'image pour y accéder.

    Avis Global : Orange

     

    - OST -

    cliquez sur l'image pour y accéder.

    Avis Global : Orange

     

     


    5 commentaires
  • Avis Global : A Werewolf Boy

     

    A WEREWOLF BOY

    2012│Corée│125 min.

     


     

     « Si tu mûris, tu pourras ressentir ce que tu n'as jamais ressenti auparavant. En savoir plus est bien, mais ça rend lâche aussi. Tu n'auras qu'une chance dans ta vie. A ce moment-là, ne la gâche pas. »

     

    Suite à un étrange appel téléphonique, une vieille femme, nommée Kim Suni et vivant aux États Unis, se rend dans le chalet de son enfance en Corée du Sud. Elle se remémore sa tendre enfance et sa rencontre avec un jeune homme très étrange. Sa famille a en effet accueilli celui-ci en pensant que c'était un orphelin. Ils le prénomment Cheol Su mais il ne sait ni parler, ni lire, ni écrire, ni même manger correctement. Tout d'abord sceptique et ne voulant pas de lui chez eux, Kim Suni l'accepte finalement et essaye de lui apprendre à vivre normalement.

    Mais comment va évoluer leur relation ? Cheol Su est-il vraiment un orphelin ?

     


      

                  Song Jung Ki • Cheol Su                        → Nice Guy • The Descendants of the Sun • Penny Pinchers                                                Park Bo Young • Kim Suni, jeune          → Oh My Ghost • The Silenced • Hot Young Blood • Don't Click                                        Jang Yeong Nam • Mère de Suni           → Friend 2 • The Neightbor • Glamorous Temptation                                                            Yu Yeon Seok • Ji Tae                              → Gu Family Book • Warm and Cozy • Reply 1994 • Horror Stories                                  Kim Hyang Gi • Sung Ja s   '' i         ' '''     → The Queen's Classroom • Thread of Lies

      


     

    Les spoilers sont entre crochés (surlignez-les pour les lire), lisez donc sans craintes.

    J'ai eu l'occasion aujourd'hui de voir un film magnifique. Tous disaient de A Werewolf Boy qu'il était un film bouleversant. Après avoir eu quelques doutes et deux heures de visionnement, je peux dire que le générique de fin m'aura laissée bouleversée.

     

    La réalisation du film est telle que je les aime : belle et apportant son lot d'émotions. L'histoire est profonde et j'aime énormément le fait que le scénario ne se déroule pas dans le présent. Le tout sonnait vraiment juste et rien ne m'a semblé de trop alors que le fantastique n'est pas vraiment placé dans mes genres favoris. Son succès est tout bonnement mérité puisqu'en plus de la performance parfaite des acteurs, divers messages sont transmis avec pour principal sujet la découverte d'autrui.

     

    Bien que sa transformation en loup-garou ne m'aura pas énormément convaincu, je n'ai aucun doute sur le fait que l'acteur Jung Ki (qui est d'ailleurs un de mes coups de cœur que j'ai toujours hâte de retrouver à l'écran) possède un talent fou : son personnage est différent et assez hors du commun et il se doit de nous faire ressentir tout cela accompagné d'un grand nombre d'émotions et de sentiments sans aucune parole, avec de simples grognements. On est alors émerveillé par son personnage mais également par son talent. Il joue en effet le personnage sur lequel le film repose essentiellement. A la fois sauvage et doux, la justesse de son personnage aura vite réussit à me conquérir tout comme son évolution et sa découverte du monde. Quant à Park Bo Young, je n'avais à l'époque jamais eu l'occasion de la voir où que ce soit et pourtant, j'ai immédiatement su qu'elle serait une très bonne actrice. On peut dire qu'elle a su mener son personnage brillamment nous livrant une Suni remplie de détresse et d'amour à donner.

     

    J'avais, comme je l'ai dit un peu plus haut, émis un petit doute pendant mon visionnement quant au fait que beaucoup de monde parlait de lui comme d'un incontournable bouleversant et qu'il était resté un moment au box-office. Mais le dernier quart de l'histoire m'a fait comprendre à quel point j'avais pu être plongé dans cette histoire et à quel point je pouvais avoir le cœur brisé. Ces dernières scènes qui s'enfilent m'auront définitivement coupées le souffle. [Lorsque Cheol Su décide de s'enfuir dans la forêt avec Su Ni et qu'il finit par lui adresser ses premiers mots alors qu'elle essaie de le protéger en le repoussant : je ne peux décrire le grand vide que j'ai pu ressentir. J'étais partagée entre le fait qu'il devait s'enfuir mais que lui et Su Ni était destinés comme on nous l'a expliqué dans les scènes précédentes, et qu'ils ne devaient pas se séparer. Puis lorsque les dernières scènes arrivent et que l'on est enfin éclairé sur le contenu de la lettre laissée, j'ai eu le cœur brisé car elle n'était pas revenu alors que le fait qu'il allait l'attendre était indiscutable. Ils se retrouvent finalement et il lui lit le livre qu'il attend depuis plus de 40 ans de lui lire mais elle part, en ne vendant pas la maison dont elle a hérité. Certes, oui ils se sont revus mais on est replongé dans le doute car elle finit par partir le lendemain ce qui est vraiment perturbant.] Le générique de fin m'a laissé en plus de ça complètement figée car on se retrouve plongé encore une fois 40 ans plus tôt en l'espace d'une courte scène grâce à une bande-son et une simple action qui signifient beaucoup dans ce film. A voir au moins une fois, clairement et ceux les quelques erreurs que l'on peut y trouver !

     

     

     


     

    - FAN MV -

    VIDÉO CONTENANT DES SCÈNES DU DRAMA (RISQUE DE SPOIL) → cliquez sur l'image pour y accéder. 

    Avis Global : A Werewolf Boy 

     

    - OST -

    cliquez sur l'image pour y accéder.

    Avis Global : A Werewolf Boy

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique